Le Papotin

Archive pour la catégorie “ Numéros 29/30 & 31 ”

Numéros 29/30 & 31 -

Shirley et Dino

Shirley et Dino sont des amis de Howard Buten : Ils ont joué en première partie du clown Buffo au Théâtre du Ranelagh. Et c’est tout naturellement qu’il les a accom- pagnés à la rencontre des Papotins.
Florent : Quel est votre nom complet ? Dino : Gilles Benizio Shirley : Corinne Benizio parce que je suis mariée. Alexandre : Depuis combien de temps êtes-vous en duo de comique ? Dino : Depuis 1983, le premier spectacle, ça fait 23 ans. Yann D. : Quand est-ce que tu as tourné le film ? Shirley : Il s’appelle Cabaret Paradis et il n’est plus dans les salles. Dino : Il sortira en DVD en octobre. Florent : Pourquoi ça n’a pas été distribué plus longtemps ? Shirley : Ah parce qu’il n’a pas eu beaucoup de succès, le gens n’ont pas aimé. Florent : Pourtant je crois que les critiques étaient bonnes. Dino : Oui, les critiques étaient tout à fait correctes mais le public n’y a pas été. C’est comme ça. Yann A. : Qu’est ce qui a fait l’image ? Shirley : Pour le film ? Yann A. : Ouais. Pour ressortir la couleur du noir et blanc ? Shirley et Dino : En couleur, en couleur. Shirley : Elles sont très belles les images parce que ça se passe dans un cabaret. Donc il y a des jolis costumes, il y a des rideaux de broderies, des paillettes. (16’35’’). Florent : Est-ce que vous avez fait le conservatoire ou le cours Florent ? Howard : Excellente question. Shirley : Non, pas du tout. Florent : Où est-ce que vous vous êtes formé ? Dino : À Rouen, dans la rue au départ. Sur les terrasses de bistrots et puis tout ça. Et on a fait des stages de for- mations sur un thème. On a fait du clown, on a fait de la tragédie, de la comédie. Howard : Tu as fait de la tragédie ? Dino : C’est vrai que pour nous faire de la tragédie…

Numéros 29/30 & 31 -

Pierre Cornette de Saint-Cyr

Dominique de Rabaudy, journaliste et amie du Papotin a invité Pierre Cornette de Saint-Cyr à cette rencon- tre avec le comité de rédaction. Pierre Cornette de Saint Cyr est Vice-Président du Palais de Tokyo à Paris. Il est connu comme un défenseur de l’art contemporain en France. Son livre « L’Art c’est la Vie ! » raconte avec passion des souvenirs de ventes extraordinaires. C’est aussi une personne de très grande élégance.
Thomas : Vous faites quoi comme métier, Pierre ? Pierre Cornette de Saint-Cyr : J’ai deux métiers, le princi- pal c’est commissaire priseur. C’est quelqu’un qui vit dans l’Art et qui organise les ventes aux enchères, c’est-à-dire qu’on réunit des œuvres, des tableaux, ou des sculptures, ou des photos. Mathias : Pour les vendre ? Pierre Cornette de Saint-Cyr : Pour pouvoir les vendre. En face, il y a le public, comme vous, qui vient et moi j’ai mon marteau et objet par objet, je les mets en vente. Puis c’est vous qui levez la main pour acheter les objets. Mathias : Mais ce serait une grande somme, une grosse dépense ? Pierre Cornette de Saint-Cyr : Ah, si c’est un Picasso, c’est une grande dépense, si c’est un cendrier ce n’est pas une grande dépense. Cet après-midi, on a une vente courante et il y a à la fois un cendrier, et une sculpture et une photo, etc. Et en même temps je suis le Président du Palais de Tokyo. Il faudra que vous veniez voir le Palais de Tokyo. C’est un Centre d’Art contemporain. Ce sont là mes deux activités principales. Florent : C’est le musée d’Art contemporain de la ville de Paris ? Pierre Cornette de Saint-Cyr : Non, c’est en face, à gau- che du musée d’art contemporain de la ville de Paris. Florent : Est-ce que vous savez que ce matin la carte d’abonnement, ou plutôt d’adhésion de Picasso au parti communiste s’est vendue je ne sais trop quelle somme ? Pierre Cornette de Saint-Cyr : C’est un tel génie ! Il disait une chose formidable, que beaucoup de gens ne comprennent pas l’art contemporain, car ils ne se don-